Yhnova : la première maison imprimée en 3D a été inaugurée à Nantes

Et va recevoir ses premiers locataires en juin 2018

Pendant plusieurs mois, les chercheurs de l’Université de Nantes, Nantes Métropole Habitat, Ouest Valorisation et Nantes Métropole, accompagnés de leurs partenaires, ont réuni leurs savoir-faire et expertises autour d’un projet innovant et unique en France : la construction d’une maison en locatif social, à partir d’une imprimante 3D industrielle, dans le quartier nantais de la Bottière.

C’est une maison de 95 m² et qui comporte cinq pièces. Baptisé Yhnova, elle a été conçue grâce à une technologie appelée Bâtiprint3D développée par des équipes de l’université de Nantes (LS2N, GeM).

Un robot doté d’un bras de quatre mètres de long guidé par laser dépose des couches successives de matériaux en suivant un plan informatique. Mais, contrairement aux autres procédés d’impression 3D de bâtiments qui utilisent des mélanges à base de béton, Bâtiprint3D recourt à une combinaison inédite.

L’objectif de tout ceci ? Construire des logements à prix abordable, adaptables au terrain, rapidement construits et économes en énergie, grâce à la technologie Batiprint 3D. L’information à l’une

Sur le site Bâtiprint3D, il est expliqué que « Ce système innovant permet de construire les murs d’une maison par impression 3D, directement sur le chantier et en quelques jours seulement. Cette technologie de pointe consiste à déposer 3 couches de matériaux par le biais d’un robot industriel polyarticulé : deux couches de mousse type expansive servent de coffrage à une troisième couche de béton. Une fois l’élévation des murs terminée, la mousse reste en place pour obtenir une isolation de l’habitation sans pont thermique ».

Et de préciser « Qu’à la fin de l’opération, le robot mobile ressort par une ouverture prévue pour la pose des menuiseries ».

Débutée à la mi-septembre 2017, la construction s’est achevée à la mi-mars. Un délai express de 6 mois qui contraste avec le temps de construction standard d’une maison de cette surface, qui tourne plutôt autour de 9 à 10 mois.


L’inauguration d’Ynhova, en présence de Johanna Rolland, maire de Nantes et présidente de Nantes Métropole

Au-delà de sa construction en elle-même, Ynhova, qui a reçu le soutien de la Caisse des Dépôts à hauteur de 250 000 €, a permis de tester des technologies, notamment en domotique, et des matériaux nouveaux, comme une peinture isolante.

Le coût final de cette opération ? 195 000 € hors taxes.

« Nous faisons le choix de mettre l’innovation au service du logement social, a souligné Johanna Rolland, maire de Nantes et présidente de Nantes Métropole. Nantes a la chance de pouvoir toujours compter sur la force d’un collectif audacieux qui permet à des idées folles, comme le projet Yhnova de voir le jour. Si cette première mondiale permet à Nantes d’être aujourd’hui une métropole reconnue en matière d’innovation, et de faire partie de ces villes qui ont un temps d’avance, il est aussi révélateur de notre ambition pour le logement pour tous, dans tous les quartiers ».

La maison imprimée en 3D a été ouverte au public le 7 avril. Puis, en juin, une première famille devrait être choisie pour s’y installer selon les critères habituels du logement social. Ses habitants devraient être en mesure de faire quelques économies sur leur facture énergétique grâce à la présence de capteurs qui pourraient analyser la qualité de l’air, l’évolution des matériaux ou encore le taux d’humidité et la température.

Dans la même rubrique

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 34 |

Actu en image