Informatique

NVIDIA accusé de pratiques anticoncurrentielles

A cause de son programme partenaire NVIDIA

Kyle Bennett, rédacteur en chef de HardOCP, a publié un rapport qui met en exergue le rôle présumé du fabricant de GPU NVIDIA dans une affaire rappelant singulièrement les pratiques commerciales déloyales qui ont émergé dans l’industrie des CPU x86 quelques années plus tôt.

Au cœur de ce scandale, on retrouve le « Geforce Partner Program » (GPP), un partenariat proposé par NVIDIA aux différents acteurs de l’industrie technologique qui ont besoin de grandes quantités de puces graphiques (GPU) pour faire marcher leurs affaires ou faire avancer leurs projets. À travers ce programme, NVIDIA est censé promouvoir les marques de ses partenaires par différents moyens afin que ces derniers gagnent en visibilité et augmentent leurs ventes, tout en leur garantissant un accès privilégié à ses futures technologies. Le GPP est inclus dans l’offre « Réseau Partenaire NVIDIA » du fabricant de GPU américain et appartient au champ de compétence « Jeux vidéo ».

Il faut préciser que le « réseau partenaire NVIDIA » est un programme qui comprend trois niveaux de partenariat (communauté, préférentiel et élite) et cinq champs de compétences (Cloud Computing - Virtualisation, Calcul accéléré, Deep Learning, Jeux vidéo et Visualisation professionnelle). NVIDIA le décrit lui-même comme « un portail de formation et d’assistance aux produits NVIDIA, ainsi qu’une source d’outils Marketing et de vente », destinés à l’ensemble de ses partenaires. NVIDIA attribue à chacun de ses partenaires un champ de compétence spécifique dans son programme en fonction de l’activité qu’ils exercent (OEM, fournisseurs de services Cloud, distributeurs, revendeurs en ligne partenaires GeForce ou Inception et autres).

Kyle Bennett fait état dans sa publication des discussions qu’il aurait eues avec plusieurs responsables travaillant chez des constructeurs reconnus d’équipements informatiques. Sous couvert d’anonymat, ces derniers auraient déclaré que les termes qui encadrent le fonctionnement du GPP sont illégaux, contraignants, anticoncurrentiels et limitent fortement le choix du consommateur.

D’après lui, le problème viendrait du fait que tout constructeur qui accepte d’associer sa marque avec la marque GeForce de NVIDIA sera considéré comme un partenaire GeForce et bénéficiera de nombreux avantages déclarés, notamment une aide pour la commercialisation. Mais, il existerait également des incitations non déclarées, qui incluent par exemple l’allocation prioritaire des GPU pour les membres du GPP ainsi que des remises.

Bennet estime qu’officiellement, NVIDIA affirme que son programme n’est pas contraignant, dans la mesure où ses partenaires sont libres de se fournir auprès d’autres compagnies comme AMD ou INTEL et peuvent se retirer du programme quand bon leur semble. Toutefois, des conditions non déclarées obligeraient les membres du GPP à se fournir exclusivement chez NVIDIA et éviter les solutions concurrentes. En gros, soit ils acceptent de devenir membres du programme et acceptent de vendre leurs matériels associés exclusivement aux solutions NVIDIA pour profiter des avantages proposés par le fabricant de GPU, soit ils restent à l’écart.

L’offre de NVIDIA serait à la fois trop tentante et trop dangereuse pour être refusée, à la vue des bénéfices que les constructeurs pourraient en tirer, des enjeux technologiques et de la concurrence qu’ils se livrent entre eux. Cependant, il ne faut pas oublier que NVIDIA ne force personne à signer. Même si des incitations sournoises peuvent exister, il revient à chaque constructeur de prendre sa propre décision, qu’elle nuise à l’intérêt supérieur du consommateur ou non.

On pourrait dès lors s’interroger sur la situation du marché des PC actuel, un marché où la plupart des configurations proposées, notamment lorsqu’elles intègrent un circuit graphique dédié semblent toujours être à la faveur de NVIDIA ou du couple INTEL-NVIDIA, alors que des alternatives viables existent ailleurs, chez AMD notamment.

Même si NVIDIA n’a pas commenté cette affaire pour le moment, il serait intéressant d’observer la réaction d’AMD suite à cette publication. Peut-être s’acheminera-t-on vers une nouvelle procédure judiciaire comme celle qui a opposé INTEL à AMD des années auparavant.

Autres aticles de la rubrique

Vidéo du jour

Duel de la semaine

Newsletter

Je souhaite rester informé et recevoir toutes les informations sur TechDeGeek dans ma boite mail