Le conducteur dans la voiture autonome d’Uber aurait pu éviter l’accident fatal

Selon des experts de la police judiciaire

La mort de la piétonne, qui a perdu la vie après une collision avec une voiture autonome d’Uber dans la nuit de dimanche à lundi, vient susciter de nouvelles interrogations autour des technologies déployées sur ces véhicules.

Selon les analystes de la police judiciaire qui ont examiné la vidéo, un conducteur humain aurait pu réagir plus rapidement à la situation, sauvant potentiellement la vie de la victime, Elaine Herzberg qui avait 49 ans. D’autres experts ont déclaré que les capteurs de la voiture autonome d’Uber auraient dû détecter la piétonne tandis qu’elle marchait, son vélo sur le côté, malgré la faible luminosité.

La mort de Herzberg est la première d’un piéton dans une industrie automobile naissante qui a présenté la technologie comme étant plus sûre que les humains, ces derniers pouvant être distraits au volant. Aux États-Unis, il y a environ un décès tous les 86 millions de miles, alors que les véhicules autonomes n’ont pas parcouru plus de 15 à 20 millions de miles dans le pays jusqu’ici, selon les analystes de Morgan Stanley. Difficile donc de tirer de premières conclusions

« Alors que de plus en plus de véhicules autonomes se déplacent sur un nombre toujours croissant de kilomètres, les investisseurs doivent envisager un paysage juridique et éthique difficile à prévoir », ont écrit les analystes dans une note de recherche suite à la collision du dimanche. « Le marché boursier est probablement trop agressif sur le rythme de l’adoption. »

Zachary Moore, ingénieur légiste senior chez Wexco International Corp., qui a reconstitué des accidents de véhicules et d’autres incidents pendant plus d’une décennie, a analysé la vidéo et conclu qu’un conducteur typique sur une route asphaltée sèche aurait perçu, réagi et activé son système de freinage à temps pour s’arrêter à huit pieds de Herzberg.

D’autres experts ont remis en question la technologie. Le lidar et le radar du SUV Uber « auraient dû la détecter et la classer comme autre chose qu’un objet stationnaire », écrit Bryant Walker Smith, professeur de droit à l’Université de Caroline du Sud qui étudie les voitures autonomes.

Smith a déclaré que la vidéo n’explique pas entièrement l’incident, mais « suggère fortement une défaillance du système de conduite automatique d’Uber et un manque de diligence du chauffeur d’Uber (ainsi que de la victime) ».

La vidéo montre le véhicule roulant pendant environ quatre secondes avant de se terminer au moment où Herzberg est sur le point d’être heurtée par le pare-chocs avant droit du SUV. La femme peut être vue en train de faire plusieurs pas tout en étant visible et semble bouger à un rythme normal de marche alors qu’elle traverse la route à l’extérieur d’un passage pour piétons et ne regarde pas le SUV. La police a déclaré que la voiture n’a pas ralenti ou dévié pour éviter l’impact. Elle est morte plus tard à l’hôpital.

« Uber doit expliquer ce qui s’est passé », a déclaré Mike Ramsey, un analyste pour le compte de Gartner Inc. qui se concentre sur les technologies de conduite autonome. « Il n’y a que deux possibilités : les capteurs n’ont pas réussi à la détecter, ou le logiciel de prise de décision a décidé que la situation ne méritait pas d’arrêter le véhicule. »

Dans la même rubrique

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 34 |

Actu en image