Informatique

Google Play Store : plus de 250 applications armées à l’ « Alphonso »

Un logiciel qui analyse les contenus TV pour les annonceurs

Nouvelle année, nouvelle méthode n’est-ce pas ? Continuerez-vous d’installer des applications à la volée sans prêter une attention particulière aux permissions accordées ? Vous feriez mieux d’être plus regardant à ce sujet pour éviter les mauvaises surprises. D’après un article du New York Times (NYT) en effet, plusieurs centaines d’applications espionnent les activités des utilisateurs de smartphones Android en analysant ce qu’ils regardent sur leur écran de télévision.

Si le quotidien new-yorkais pointe les applications qui demandent spécifiquement la permission de faire usage du microphone du doigt, il faut dire que celles de gaming sont particulièrement dans le viseur. Il peut s’agir de « Pool 3D », « Beer pong Trickshot » ou encore « Honey Quest », des jeux que l’on retrouve non pas dans un coin du darknet, mais bien sur la boutique d’applications de la firme de Mountain View, le Google Play Store. Le New York Times ajoute que le phénomène concerne également les abonnés de l’écosystème Apple.

En substance, les applications retrouvées dans cette situation contiennent le logiciel Alphonso (du même nom que la startup qui l’a créé). Il s’agit d’un module destiné à collecter des données à l’intention des annonceurs TV, ce, en enregistrant les sons ambiants desquels il extrait l’empreinte qui correspond à une publicité. L’outil permet ainsi aux annonceurs, auxquels ces data sont revendues, de garder un œil sur leur audience. Ils savent quelles sont les publicités auxquelles les possesseurs d’ordinophones sont exposés chez eux, chez des amis ou dans la rue. Le stratagème permet également de savoir lesquelles ont poussé les utilisateurs à se rendre dans une boutique physique ou à une vente aux enchères pour effectuer un achat. Pour couronner le tout, ces informations sont, dans certains cas, combinées à des données de géolocalisation.

Une sérieuse menace pour la vie privée n’est-ce pas ? Ce n’est pourtant pas l’avis des dirigeants de la startup créée en 2013 qui soutiennent que l’application est conforme en tous points aux règles édictées par Google sur le Play Store, ainsi qu’à celles mises en place par la Federal Trade commission (FTC) en matière de tracking entre périphériques. D’après ses responsables tout dépend de l’utilisateur qui accorde les permissions à l’application. Les dirigeants de la startup ajoutent qu’il peut à tout moment décider de la désactivation de la collecte des données par le micro. Seulement, il faudrait que le possesseur de l’appareil en question soit vraiment conscient de l’impact de ses choix. Le quotidien américain rapporte en effet que le module est de plus en plus inséré à des jeux pour enfants.

Alors, combien d’utilisateurs se font siphonner leurs données ? On n’aura pas de chiffre en ce qui concerne cet aspect puisque les dirigeants de la startup se sont bien gardés de les divulguer. Par contre, un millier d’applications seraient armées à l’ « Alphonso » sur le Play Store. Une situation à prendre au sérieux puisque le mouchard peut se retrouver en votre présence, dans votre salon, au travers du téléphone de votre progéniture.

Autres aticles de la rubrique

Vidéo du jour

Duel de la semaine

Newsletter

Je souhaite rester informé et recevoir toutes les informations sur TechDeGeek dans ma boite mail