Facebook inflige une amende de 500 000 £ à Cambridge Analytica Data Scandal

Facebook a finalement été condamné à une première amende de 500 000 £ pour avoir permis au cabinet de conseil politique Cambridge Analytica de collecter et d’ utiliser de manière abusive les données de 87 millions d’utilisateurs .

L’amende a été imposée par le Bureau du commissaire britannique à l’information ( ICO ) et a été calculée à l’aide de l’ancien Data Protection Act de 1998 du Royaume-Uni, qui permet de percevoir une amende maximale de 500 000 £, ce qui équivaut ironiquement au montant que Facebook gagne toutes les 18 minutes.

Cette nouvelle n’est pas une surprise, car l’organe de surveillance de la confidentialité des données du Royaume-Uni a déjà informé le géant des réseaux sociaux en juillet de cette année que la commission était censée imposer l’amende maximale.

Pour ceux qui l’ ignorent, Facebook a fait l’ objet d’un examen depuis le début de cette année quand il a été révélé que les données personnelles de 87 millions d’ utilisateurs ont été mal recueillis et utilisés à mauvais escient par le cabinet de conseil politique Cambridge Analytica , qui aurait aidé à gagner Donald Trump la présidence des États - Unis en 2016.

La ICO, qui a ouvert une enquête sur le scandale Cambridge Analytica en mars, a déclaré que les données d’au moins un million de citoyens britanniques avaient été "traitées injustement" et que Facebook "n’avait pas pris de mesures techniques et organisationnelles appropriées" pour empêcher les données de tomber les mauvaises mains.

"L’enquête de l’OIC a révélé qu’entre 2007 et 2014, Facebook avait traité injustement les informations personnelles des utilisateurs en permettant aux développeurs d’applications d’accéder à leurs informations sans un consentement suffisamment clair et éclairé, et en autorisant l’accès même si les utilisateurs n’avaient pas téléchargé l’application, mais étaient simplement" amis avec des gens qui ont ", a déclaré l’OIC confirmant l’amende.

En outre, l’OIC a également souligné que le réseau social "échouait également à effectuer des contrôles appropriés sur les applications et les développeurs utilisant sa plate-forme", ce qui exposerait finalement les données personnelles de près de 87 millions de personnes dans le monde, à leur insu.

En réponse à l’annonce de l’OIC, Facebook a indiqué que la société réexaminait la décision de l’OIC, soulignant son admission antérieure selon laquelle Facebook "aurait dû en faire plus" pour enquêter sur les allégations concernant Cambridge Analytica en 2015.

"Nous sommes reconnaissants à l’OIC d’avoir reconnu notre coopération sans faille tout au long de son enquête. Nous avons également confirmé n’avoir trouvé aucune preuve suggérant que les données des utilisateurs de Facebook britanniques avaient en fait été partagées avec Cambridge Analytica", a déclaré un porte-parole de Facebook dans un communiqué.

"Maintenant que leur enquête est terminée, nous espérons que l’OIC nous donnera désormais accès aux serveurs de l’AC afin de pouvoir auditer les données qu’ils ont reçues."

Toutefois, l’amende de 500 000 £ n’est qu’une goutte dans l’océan pour une entreprise comme Facebook, qui a généré un chiffre d’affaires mondial de 31,5 milliards de £ l’année dernière.

La sanction aurait pu être beaucoup plus lourde si elle avait été soumise au règlement général sur la protection des données (RGPD) de l’UE, en vertu de laquelle une entreprise pouvait être condamnée à une amende maximale de 20 millions d’euros, soit 4% de son chiffre d’affaires global annuel, selon le montant le plus élevé, pour violation de la vie privée. .

Le chiffre d’affaires annuel de Facebook s’élevait à près de 31,5 milliards £ en 2017, ce qui aurait pu entraîner une amende éventuelle de 1,26 milliard £ en vertu des règles du GDPR. Heureusement pour Facebook, le GDPR est entré en vigueur en mai 2018 après le déclenchement du scandale Cambridge Analytica.

Le mois dernier, l’organisme de surveillance de la protection des données du Royaume-Uni a également imposé l’amende maximale autorisée de 500 000 £ à l’agence d’évaluation du crédit Equifax. pour la violation de données massive de l’année dernière qui a exposé les données personnelles et financières de centaines de millions de clients.

Dans la même rubrique

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 34 |

Actu en image