Facebook admet le partage des données des utilisateurs avec 61 entreprises technologiques

Facebook a admis que la société avait donné à des dizaines de sociétés technologiques et développeurs d’applications un accès privilégié aux données de ses utilisateurs après avoir déclaré publiquement qu’elle avait empêché les entreprises extérieures d’accéder à ces données en 2015.

Il s’agit d’un point de vue inhabituel. Vos informations personnelles.

Lors du scandale de Cambridge Analytica révélé en mars de cette année, Facebook a déclaré qu’il avait déjà coupé l’accès des tiers aux données de ses utilisateurs et à leurs amis en mai 2015 seulement.

Cependant, dans un 747 pages à long document [ PDF ] remis au Congrès vendredi soir, le géant du réseau social a admis qu’il a continué de partager des données avec 61 fabricants de matériel et de logiciels , ainsi que les développeurs d’applications après 2015 ainsi.

La divulgation vient en réponse à des centaines de questions posées au PDG de Facebook Mark Zuckerberg par les membres du Congrès en avril sur les pratiques de son entreprise avec les données de ses milliards d’utilisateurs.

Le Washington Post a rapporté que la société a soumis les documents, représentant l’explication la plus détaillée de l’exemption de Facebook, dans les heures qui suivent l’échéance du vendredi soir.

Entre autres choses, les documents ont révélé que Facebook a accordé une prolongation de six mois « unique » à 61 entreprises, dont AOL, Nike, United Parcel Service et l’application de rencontres Hinge pour se conformer à la nouvelle politique de confidentialité de Facebook sur les données des utilisateurs.

En plus de cela, il y a au moins cinq autres entreprises qui ont théoriquement pu avoir accès à des données limitées d’amis, suite à l’accès API qui leur a été accordé dans le cadre d’un test bêta de Facebook, les médias sociaux ajoutés.

Les documents ont également reconnu que Facebook s’est associé avec 52 entreprises nationales et internationales, dont les géants américains Apple, Microsoft, Spotify, Amazon, Sony, Acer, Huawei et Alibaba basés en Chine, et les fabricants d’appareils Samsung et BlackBerry.

Le réseau social a partagé des informations sur ses utilisateurs avec ces entreprises pour les aider à créer leurs propres versions des fonctionnalités Facebook ou Facebook pour leurs appareils, bien sûr, "selon les termes et les politiques qu’ils fournissent à leurs utilisateurs".

« Nous avons engagé des sociétés pour créer des intégrations pour divers périphériques, systèmes d’exploitation et autres produits, où nous et nos partenaires voulions offrir aux gens un moyen de recevoir des expériences Facebook ou Facebook », lit-on dans le document. "Ces intégrations ont été construites par nos partenaires, pour nos utilisateurs, mais approuvées par Facebook."

Toutefois, Facebook a également indiqué que la société avait déjà mis fin à 38 de ces 52 partenariats et qu’elle allait mettre fin à son partenariat avec sept autres à la fin du mois de juillet et un autre à la fin du mois d’octobre.

Considérant que les partenariats avec trois entreprises vont continuer, qui comprend Apple, Amazon et Tobii, une application d’accessibilité qui permet aux personnes atteintes de SLA d’accéder à Facebook, avec qui la société a des accords qui s’étendent au-delà Octobre 2018.

Le document vient plusieurs mois après qu’il a révélé que Les données personnelles de 87 millions d’utilisateurs de Facebook ont ​​été récoltées par Cambridge Analytica, un cabinet de conseil politique qui aurait aidé Donald Trump à remporter la présidence américaine en 2016.

La révélation a provoqué un tollé public pour que les législateurs rendent le réseau social responsable de ses pratiques de gestion des données , soulevant des questions quant à savoir si Facebook peut être fiable pour protéger les données personnelles de ses 2 milliards d’utilisateurs .

L’admission de Facebook aux extensions, comme l’a noté Post, est "la plus complète à ce jour en ce qui concerne les rapports que Facebook [a continué à partager] les données des utilisateurs avec certaines entreprises pendant des années."

Il y a seulement trois jours, nous avons couvert un incident distinct, dans lequel une application de quiz tierce populaire qui s’exécute sur la plate-forme d’application Facebook a exposé des données de 120 millions d’ utilisateurs de Facebook à des pirates informatiques.

Dans la même rubrique

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 30 |

Actu en image